vendredi 7 novembre 2014

Non mais allô quoi!


J'aime bien les bons gros lobbys qui ne sentent pas bon du social, ils me servent à alimenter ma machine à baffe sans me fatiguer, les méritants tombent tout seul dans mon piège à gros bonnet via l'actualité trop chargée pour moi en ce moment.
La téléphonie n'a pas encore la réputation du pétrolier mais l’émission Cash Investigation de la sémillante  Elise Lucet nous a montré que les fabricants de smartphone n'ont rien à envier aux groupes pétrolifères du point de vue magouilles, pollutions et exploitations de population pauvre. Pour ceux qui ont regardé l'émission, ils ont pu s'apercevoir que certains dirigeants se foutaient royalement de l'éthique et de la journaliste qui avait pourtant l'évidence des saloperies de leurs entreprises entre les mains. Un cas m'a particulièrement marqué, c'est celui de François Quentin, jovial PDG de Huawei France, type charmant qui a grandi dans les télécoms et les loisirs de riches depuis tout petit et qui s'est permis devant la caméra d'ignorer avec une rare mauvaise foi la pauvre journaliste qu'on sentait bien agacée par tant de mépris. François Quentin n'a pas seulement voulu ne pas répondre aux questions embarrassantes, il a montré qu'il en avait rien à battre que sa boutique fasse travailler des enfants.
Il n’empêche qu'il n'en est pas resté là puisque j'apprends que monsieur n'a pas digéré les méthodes de l’émission et qu'il aurait fallu qu'Elise Lucet se transforme en serpillière pour pouvoir lui dire bonjour, monsieur pas content a donc lancé une fatwa cathodique sur la journaliste de France 2:

"J’ai activé tous mes réseaux et Madame Lucet n’aura plus aucun grand patron en interview, sauf ceux qui veulent des sensations extrêmes ou des cours de Media Training."

Tout simplement. Un flingue sur la tempe fait le même effet et on se dit que l'industrie de la téléphonie est bien en train de devenir un lobby puissant qui pue. Tiens, en regardant ce passage de l'émission, j'ai même pensé aux gros méchants véreux et plein de pouvoir des thrillers américains. 

lundi 27 octobre 2014

La France a besoin de dirigeants bien Carrez


La France d'en haut est en délicatesse avec le fisc, ce n'est pas vraiment nouveau mais en cette période délicate de crise et d'austérité imposée, c'est de plus en plus mal supporté par les péquins comme moi. Je n'irais pas jusqu'à dire que j'ai une phobie de l'administration fiscale comme l'autre petite burne de Thevenoud même si le moment de la déclaration est toujours pour moi comparable à un rendez-vous chez le dentiste, dans tout les cas j'y passe parce que j'y suis obligé.
Le cas Thevenoud a été jusque là exemplaire dans le foutage de gueule général de nos politiques, censé donner l'exemple, il donne, grâce à son comportement, quelques pourcentage de voix à l'opposition et des cheveux blancs à ses collègues honnêtes. Heureusement qu'à droite l’honnêteté et la droiture (on ne dit pas gauchure d'ailleurs) sont des valeurs bien ancrées, ce n'est pas par exemple le Président de la Commission des finances à l'Assemblée nationale Gilles Carrez qui sera un jour en délicatesse avec l'administration fiscale, il n'est pas le genre à être convoqué par le fisc pour une quelconque phobie et une personne intègre comme lui, respectant les lois toussa, paye rubis sur l'ongle l'impôt demandé. Et même l'ISF qu'il combat malgré tout depuis qu'il est assujetti depuis 2011. Carrez on vous dit!
La droite, pour ça, est bien plus professionnelle que la gauche mais c'est normal, c'est l'ordre, les valeurs de la république, le respect des lois, la solidarité pour sa gueule et la magouille taille XXL.

dimanche 12 octobre 2014

L'union des indemnités dans la poche



Heureusement que nos veilleurs, sans bougies à la main mais avec une bonne bière, choppent l’événement un dimanche sur le net (santé Captain!) sinon je serais passé à coté de cette bonne nouvelle.
Cette chère Union des Démocrates Indépendants, chancre mou de la droite française et prête à signer des deux pieds pour n'importe quelle future candidature UMP en 2017, ce ralliement de mollassons de la politique infecté par quelques individus de l’extrême droite des années 70 qui dit se différencier des autres grands partis pour une autre politique doit évidemment tomber des nues après le petit couac de son élu foireux de Bobigny paru dans la presse. J'espère toujours une belle sortie d'Hervé Morin sur le sujet mais elle ne viendra sûrement pas. 
François Rebsamen avait, en fin de semaine dernière, remué la merde en débattant sur le renforcement du contrôle des chômeurs et ceux-ci, comme l'aile gauche du gouvernement l'avaient à juste titre mal pris mais Rebsamen, certainement sans le vouloir, a démontré quelques abus de privilégiés à corriger vite fait et c'est Stéphane de Paoli, maire de Bobigny, est sert de  parfait exemple au foutage de gueule ambiant, lui qui cumulait son indemnité d’élu de ville de pauvre poussée à son maximum avec des allocations chômage. 
Je ne sais pas si c'est le fait qu'il se soit fait gauler comme un vulgaire petit escroc ou pas, il aurait annoncé samedi qu'il avait depuis septembre renoncé à toucher son chômage, c'est quand même ce genre de comportement jemenfoutiste qui est à mettre, entre autres, au crédit de la montée du FN. Ceci dit, même pour les escroqueries, le centriste est loin de ses maîtres de l'UMP. Mais dans le contexte actuel ça mérite amplement des baffes.

mardi 9 septembre 2014

Thomas la prise de tête



Les socialistes ont le chic spécifique d'avoir toujours un de leurs membres pour gâcher la fête et depuis l'élection de François Hollande, les exemples foireux ont été trop nombreux. Je ne suis pas découragé de la politique comme certains de mes amis mais je pense qu'il serait temps de vraiment saquer les nuisibles qui font payer les élus honnêtes dans leur quotidien, j'imagine très bien que le député lambda doit  souffrir de réflexions du type "tous pourris". Ils peuvent remercier aujourd'hui Thomas Thévenoud, c'est le dernier boulet en date de la république exemplaire chère à notre président.
Mon collègue Melclalex posait la question de son sauvetage, je pose la question de son son pied au cul vers une sortie définitive, un vice-président de la mission d’information sur la fraude fiscale, ancien membre de la commission d’enquête sur l’affaire Cahuzac et spécialiste en optimisation fiscale n'a plus rien à faire en politique quand on oublie ses propres impôts. Il a, parait-il, eu une bonne discussion avec Jean-Christophe Cambadélis, ils se mis d'accord et ne représente plus que lui à l'assemblée et c'est bien là mon problème, il garde sa place. Cambadélis en a tiré les conséquences mais il  a surtout gardé un vote précieux pour la majorité.

"Après m'être entretenu ce lundi soir avec Jean-Christophe Cambadélis, j'ai décidé de me mettre en retrait du Parti socialiste et donc du groupe SRC à l'Assemblée nationale (...) Mais je veux rappeler que l'enchaînement de négligences choquantes qui m'ont placé dans cette situation ne fait pas de moi un fraudeur (...) Mes électeurs de Saône-et-Loire seront mes seuls juges"

Blabla. Mon gars, laisses donc tes électeurs que tu prends pour des cons.

vendredi 5 septembre 2014

Décontraktion totale


Ach mes zamis, mes petites occupations du mois d'août ne m'ont pas permis de me défouler sur ce blog et pourtant ce n'est pas les vilains qui ont manqué de m'inspirer puisqu'ils ne s'arrêtent jamais. L'UMP qui a tranquillement basculé vers l'outrance banalisée depuis l’élection de François Hollande n'en finit plus de m'étonner et leurs élus sont certainement  motivés par les quelques mairies acquises par les cousins du Front aux dernières municipales.
Ainsi, le jour de mon anniversaire en plus, un certain Stéphane Sieczkowski-Samier, jeune maire d’Hesdin, propre sur lui comme un vendeur de téléphone portable,  et apparenté UMP (c'est pour les élections le apparenté, juste pour tromper le benêt qui vote à droite sans oser le vote MLP)  a tout simplement cité  une phrase d’Adolf Hitler pour inaugurer une exposition sur la Libération et l’Occupation. Le jeune Pop  fraîchement sorti de l'école où il a du faire des études de branlotin  trader a certainement voulu trop en faire pour épater ses administrés en débitant un discours de grande personne et il s'est trompé de références historiques en révisant sa bafouille, ces belles citations concernaient à l'époque l'ennemi allemand. Sympathique pour les anciens du village qui ont du en perdre le contrôle de leur déambulateur. 
Mais je vais être sympa avec lui puisque ce n'est pas entièrement de sa faute, les ados et la culture ce n'est pas vraiment ça, la lecture aussi, même pour un mode d'emploi de console de jeux et puis être jeune à l'UMP ne doit pas faciliter les choses avec des mentors comme Sarkozy ou Balkany. 
Tiens il faut reconnaître qu'une des citations en question, "Il faut oser risquer quelque chose pour obtenir de grands résultats." aurait pu être repris par pas mal de décomplexé de l'UMP, c'est que c'est de plus en plus dur à draguer l’électeur du Front National.

jeudi 17 juillet 2014

Vous reprendrez bien un peu de potache?


Ce qu'il y a de bien chez nos humoristes politiques de droite et plus généralement ceux qui se sentent représenter les grandes valeurs républicaines c'est leur façon à eux de décider ce qui est une vraie valeur à défendre (de droite forcément) ou ce qui ne l'est pas (de gauche obligatoirement). Dernièrement nous avons eu beaucoup de ces énergumènes hurler contre la "dictature" socialiste et le recul de la liberté d'expression, comme si huer un président pendant un défilé militaire était une opinion, cette liberté d'expression qui les arrange.
Ainsi, certains vont être choqués quand ils entendent qu'un ancien président risque un avenir judiciaire assez sombre mais par contre ils classent une insulte raciste contre un ministre comme une simple mauvaise petite blaguounette. D'un coté ils sont logiques, accepter les 9 mois ferme de la quichette  serait accepter les 125 ans de prison que notre ancien président mérite pour l'exemple. En parlant d'exemple, ce sénateur de la Manche (à couilles) et ex-Monsanto d’or, Jean Bizet, perturbé par le jugement épicé de Cayenne, trouve le plus sérieusement du monde que la réaction de la justice est totalement disproportionnée et soupçonne même l'instrumentalisation de la justice par le pouvoir en place. Mais la vérité est ailleurs, en fait Jean Bizet en est à retourner la faute sur la ministre, il n'a toujours pas digérer le Mariage pour tous et les singeries de Mme Taubira quand elle avait défendu la loi avec ferveur, depuis il voit de la dictature et des méchants complots partout. Le vin est tiré, Jean Bizet (AOC) peut signer plus à droite qu'à l'UMP, il y trouvera un public plein d'humour pour faire lui aussi des bonnes blagues de potache sur les nègres.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...